Aliments

Pourquoi le chocolat Suisse et Belge est-il si bon ?

Les gens aiment débattre et il n’y a pas de plus grande source de discussion que celle que l’on trouve dans le domaine de l’alimentation. En ce qui concerne le chocolat, une grande partie du débat porte sur le pays qui a vraiment “maîtrisé” l’art de la production de chocolat. Un débat fait rage depuis longtemps : le chocolat suisse est-il meilleur que le chocolat belge ?

La vérité est que nous ne pouvons pas en être sûrs. Ce que nous pouvons savoir, en revanche, c’est qu’il existe de grandes différences dans la composition de ces délicieuses friandises. Continuez à lire pour découvrir ce qui distingue le chocolat belge du chocolat suisse !

La Silicon Valley du chocolat

De temps à autre, dans l’histoire de l’humanité, les bons esprits se réunissent au bon endroit et au bon moment pour déclencher une révolution innovante. Le premier révolutionnaire de notre histoire est François-Louis Cailler, fondateur de la plus ancienne marque de chocolat suisse encore existante et inventeur d’un procédé mécanisé pour presser le chocolat. En 1826, Phillippe Suchard a affiné le processus de fabrication du chocolat en inventant une machine commerciale pour mélanger le sucre et la pâte de cacao. Quelques années plus tard, Charles-Amadeé Kohler combinait le chocolat avec des noisettes ; aujourd’hui encore, c’est le mélange le plus populaire pour le chocolat. Bien que ces deux avancées aient considérablement amélioré le profil aromatique du chocolat, celui-ci restait toujours d’une texture indésirable, granuleuse et friable.

Bien que la Suisse n’ait jamais produit une seule fève de cacao, son lait alpin abondant, riche et crémeux a permis de transformer le chocolat en la confiserie soyeuse que nous connaissons aujourd’hui : le chocolat suisse. L’histoire de cette combinaison géniale suit une séquence d’événements qui seraient mûrs pour le scénario d’une émission de télévision hollywoodienne. Louis Cailler, notre premier inventeur du chocolat produit en série, avait une fille qui a épousé un fabricant de bougies de Vevey nommé Daniel Peter. Suite au déclin de son entreprise de bougies, et après avoir appris les ficelles de la fabrication du chocolat auprès de sa belle-famille, Peter a décidé d’établir sa propre chocolaterie en ville.

À la recherche d’opportunités pour innover le produit, il consulte son voisin (la file d’attente du roulement de tambour), l’immigrant allemand et entrepreneur alimentaire en plein essor Henri Nestlé. À l’époque, Nestlé avait pour objectif de développer des préparations instantanées pour bébés et a accepté de fournir à Peter une partie du lait en poudre qu’il expérimentait, pour le mélanger au chocolat. Bien qu’il s’agisse d’une idée savoureuse (et plus abordable) en principe, Peter a rencontré des difficultés pour mélanger le lait à la masse de cacao ; la forte concentration d’eau a provoqué la séparation du mélange et a fini par former de la moisissure. Après sept ans d’expérimentation, Peter a fini par découvrir une solution sous la forme d’un lait condensé produit par Nestlé. La première tablette de chocolat au lait est née et en 1879, Peter et Nestlé ont uni leurs forces pour former la société Nestlé – aujourd’hui la plus grande entreprise alimentaire du monde.

Le chocolat suisse est le chocolat au lait le plus crémeux que l’on puisse trouver.

Lorsque vous achèterez votre prochaine tablette de chocolat au lait, vous risquez de vous rendre un mauvais service en choisissant une marque non suisse. La raison est simple : les Suisses ont inventé puis perfectionné le chocolat au lait ! Rudolph Lindt, le fondateur de Lindt Chocolate, a mis en place le processus de “conchage”. Le conchage consiste à réchauffer le chocolat en le broyant entre différents rouleaux. Le résultat est une friandise plus lisse, plus sucrée et plus crémeuse. Les entreprises basées en Belgique utiliseront des émulsifiants artificiels lors de la création de leur chocolat pour essayer d’obtenir le même résultat. Le résultat est donc très différent, tant au niveau de la saveur que de la texture.

Les Belges ont inventé la praline et la truffe au chocolat.

Si nous pouvons attribuer aux Suisses d’énormes progrès dans le monde des friandises au chocolat, les Belges étaient en avance sur les autres en ce qui concerne les truffes et les pralines. Les chocolatiers belges n’ont jamais eu peur d’expérimenter des fourrages exotiques et cela nous a amenés là où nous sommes aujourd’hui avec la grande variété de friandises combinées.

Le chocolat belge a généralement une teneur en cacao plus élevée.

Nous avons donc appris que le chocolat suisse a tendance à être plus crémeux et plus lisse sur la palette. Comment le chocolat belge se présente-t-il alors ? Il est probable que la prochaine fois que vous vous approcherez du chocolat belge, vous attraperez quelque chose de noir et d’amer avec une bouchée plus forte. Cela ne veut pas dire que c’est mauvais du tout ! Le chocolat noir a un goût merveilleux et présente une foule de bienfaits pour la santé lorsqu’il est consommé avec modération. Les chocolatiers belges ont tendance à privilégier une teneur en cacao plus élevée, ce qui se produit le plus naturellement dans le chocolat noir.

Les chocolatiers suisses sont considérés comme des maîtres de la profession.

Saviez-vous que le chocolat suisse et le chocolat au lait sont des termes essentiellement interchangeables ? Eh bien, ils le sont ! Comme nous l’avons mentionné plus haut, les Suisses ont joué un rôle déterminant dans le développement et le perfectionnement du chocolat au lait onctueux qui est si populaire dans le monde aujourd’hui. Grâce à ce travail, qui a débuté à la fin du XIXe siècle, les Suisses ont acquis la réputation d’être à la pointe du développement du chocolat. En fait, le chocolat occupe une telle place dans leur vie que des études montrent que les citoyens de leur pays consomment presque une tablette entière de chocolat par jour !

Les Belges transportent leur chocolat dans des malles chauffées !

L’endroit où vous recevez votre chocolat est presque aussi important que la façon dont il vous parvient. Heureusement pour les amateurs de chocolat noir du monde entier, les chocolatiers belges sont méticuleux dans leurs soins. Tout le chocolat belge est reçu dans des malles chauffées. Ces conteneurs chauffés permettent de préserver la saveur et l’odeur du chocolat noir de qualité. Ainsi, plutôt que de laisser les différences de température altérer le goût de la friandise, les Belges préfèrent tout garder bien protégé avec les meilleurs conteneurs d’expédition.

L’histoire du chocolat est si riche et si longue qu’il est presque impossible de la raconter en une seule fois. Comme vous pouvez le constater, les chocolatiers belges et suisses ont fait un excellent travail en mettant au point une friandise unique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *